Brûler vivant, brûler d’ETRE Vivant.

NOUVEAU : Pour poser vos questions lors du direct c'est sur le Forum LGC - MERCI 

 

Je lis à l’instant ce texte de Marie-Pier Charron sur son site « Matin Magique », et aussitôt je pense à tous ceux qui participent aux séances IPR (côté « encodants » ou côté « encodés »), mais aussi aux séances avec Corinne Lebrat, Christine Saint-Dizier …

Comme d’habitude je ne sais pas exactement pourquoi :D, mais j’ai l’appel à vous en partager ici un extrait :

 

« Vous avez peut-être déjà eu l’impression de brûler vivant – de vivre une douleur si intense qu’elle saturait chaque fibre de votre être. C’est la sensation que j’avais, parfois, il y a quelques semaines. On aurait dit que le venin du chagrin venait toucher chacune de mes cellules, tatouer mon ADN, et me transformer à jamais. Et j’aurais tout fait pour stopper le processus, bien sûr… Mais en même temps, je pouvais sentir qu’il se passait quelque chose de grand, qu’il était important que je permette à la douleur d’agir en moi complètement.

Je n’ai jamais aimé avoir mal. Personne n’aime avoir mal. Que ce soit le déchirement des temps de crise, ou les petites déceptions du quotidien, ou cette douleur existentielle qui s’est imbriquée à la toile de fond de notre vie, on a tendance à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour refouler notre souffrance. On fuit dans un optimisme précoce, dans des distractions, en fournissant un effort de volonté qu’on n’est pas tout à fait prêt à donner. Mais voici le hic : sans le réaliser, on forme un écran intérieur qui nous sépare non pas seulement de nos émotions, mais de la douceur de notre cœur et de notre existence. Chaque fois qu’on nie notre douleur, on nie la Vie.

On veut la force, mais pas les moments de faiblesse qui la précèdent. On veut le papillon sans le cocon. Le printemps sans hiver avant. La renaissance sans le feu et les cendres. On a tellement peur de notre vulnérabilité, on est prêt à tout pour nier la fragilité fondamentale de notre être et de notre vie. Et on ne réalise pas que plus on se protège, plus on se fragilise. On a l’impression de se faire du bien ainsi, bien sûr, mais en réalité, étouffer ce qui fait mal nous amène à vivre dans un état de douleur constant – cette douleur qui nous suit même dans les beauix moments, cette lourdeur qu’on sent toujours un peu en arrière-plan.

Quand on pense à un tempérament fort, ce n’est généralement pas l’image d’une personne roulée en boule, en train de pleurer, qui nous vient à l’esprit. On voit des images de personnes souriantes, victorieuses au sommet d’une montagne. Et oui, bien sûr, surmonter notre état du moment pour relever des défis requiert une force de caractère. Parfois, c’est même nécessaire. Mais ultimement, vivre pleinement nos moments de faiblesse demande généralement encore plus de force et de courage que de se tenir debout par un effort de volonté. Et la personne qui se permet de se rouler en boule et de pleurer pourra éventuellement escalader des sommets beaucoup plus élevés – ou du moins, beaucoup plus ensoleillés –, que celle qui ne sait que se pousser.

Ainsi, bien que notre réflexe soit de nous éloigner de notre douleur, on gagne tellement au contraire à l’accueillir, à s’en rapprocher. Car le prix à payer quand on l’étouffe est trop élevé. Et car paradoxalement, c’est elle qui a le pouvoir de nous guérir… Oui, à l’intérieur de la souffrance se trouve l’énergie dont on a besoin pour la transcender. C’est seulement lorsqu’on la rencontre face à face qu’elle nous donne la force d’émerger – d’émerger non pas comme une imitation du vieux nous, mais comme une nouvelle version encore plus libre, encore plus belle, empreinte d’une force et d’une énergie que certains diraient immortelles. »

 

Texte : Marie-Pier CHARRON, « Matin Magique »

Sur FB

Son site

 

Photo : Sébastien MONCHAL, « Territoire Infini »

Sur FB

Son site

(Cette image est devenue la couverture de mon livre « D’est en ouest » qui raconte justement l’histoire d’une personne qui renaît de ses cendres extérieures et intérieures).

 

Avec tout mon amour,

Sylvie

Lgc-TV 1 (page FB)

Les Vibrateliers de Sylvie

 



Important : Vous êtes invité à reproduire ce texte pour le transmettre en mettant ceci : « Trouvé sur http://www.legrandchangement.tv » Merci !


Recevez les programmes
de la TV par Email...

Dites nous où vous envoyer les infos :

7 commentaires

  • Mariepaule Il y a 2 années

    Sourires : j’ai rédigé un premier « com » et un « truc » bizarre est arrivé.

    Comme je ne crois pas au « hasard » j’y vois un délicieux signe de… connivence.

    Voilà donc, Sylvie, ce que je te posais après t’avoir dit que ce partage correspond pleinement à une constatation et invitation que je me suis faite à moi m’aime il est… peu :

    – J’accepte d’exprimer dans la plus grande des simplicités tout ce que « je vis » que ce soit une tristesse… une souffrance ou… la joie… la guérison.
    Je ne lutte plus, en me jugeant ou jugeant ce qui se passe mais, bien au contraire, je m’autorise à assumer et accepter entièrement mon… être de l’instant.

    En me conduisant ainsi vis à vis de moi m’aime je respecte le « Dieu d’Amour » que je vénère.

    Oui, Lui sait m’aimer telle que « je suis » d’une manière « inconditionnelle » aussi, si je souhaite Le re présenter, re présentation de ce « un » qui fait partie du « Tout » « je suis » invitée à vivre pleinement celle que « je suis » sans « jugement » quel qu’il soit.

    Voilà voilou.

    Merci de m’offrir à partager ce ressenti,

    Bon vent à… toi… vous… nous 😉

  • Marie Henriette Il y a 2 années

    Bonsoir Stéphane,

    Il n’y a pas de hasard….
    Je suis en train de « brûler » de chagrin !!!

    Du chagrin pour tous ceux qui souffrent, qu’ils soient humains, animaux, végétaux ou minéraux.
    J’ai mal, très mal au point que je ne sais pas retenir mes larmes même en public.

    Pour info, Stéphane, c’est depuis la dernière séance IPR et depuis un entretien de 2h avec Siriliel

    Avant, j’envoyais ma « lumière » dans les ténèbres, mais aujourd’hui je n’y arrive plus,
    Je n’ai plus ni l’envie , ni le courage de donner amour et lumière aux destructeurs.

    Jamais dans ma vie je ne me suis sentie aussi mal et aussi impuissante .
    Je vis mon chagrin sans retenue, à 100%.

    Mais que c’est dur !
    Que ça fait mal !

    En même temps j’envoie tout mon amour aux victimes mais, en pensant aux victimes,
    je ne peux m’empêcher de penser aux bourreaux !

    J’ai peur que la haine n’arrive… pour l’instant, c’est du « rejet » et je ne veux pas non plus
    tomber dans la haine.

    Je posterai un commentaire sur le dernier soin IPR plus tard quand la douleur sera un peu atténuée….

    Si c’est un « passage obligé » pour aller plus haut, je l’accepte et je le vis pleinement.
    J’espère seulement que ce passage ne durera pas trop longtemps….

    Un grand merci Stéphane pour ton travail de Grand Transmetteur !

  • Sylvie LGC1 Il y a 2 années

    Bonjour Marie-Henriette,

    ce n’est pas Stéphane qui a posté ce texte, c’est moi (Sylvie de LGC1). Du coup je ne suis pas sûre que ton message lui soit parvenu, ce serait mieux d’écrire directement à une personne de l’équipe IPR. Tu as tous les liens contact ici : http://legrandchangement.tv/les-animateurs/ 😉

    Sinon je ne sais pas si cela peut t’apaiser, mais tu peux essayer de te passer cette courte vidéo de silence vibratoire que nous avons enregistrée avec Jérôme Matanael. A certaines personnes, elles fait du bien. Moi-même, je la passe souvent quand j’ai besoin de me réharmoniser :
    http://legrandchangement.tv/video/offrez-vous-un-bapteme-de-lere-avec-la-derniere-nee-du-grand-changement-la-vibracapsule/

    Je t’envoie beaucoup d’amour, sur les ailes de la Colombe de la Paix.
    Sylvie

  • Marie Henriette Il y a 2 années

    Bonsoir Sylvie,

    Je te remercie pour ta réponse.
    Je posterai un commentaire sur le « retour de la séance IPR du 5 septembre ».

    Je te remercie aussi pour le lien que tu m’as envoyé.
    J’ai essayé cet après-midi, mais j’étais encore trop « perturbée », je ne tenais pas en place…

    Nouvel essai ce soir , je me sens plus calme !
    C’est peut-être un premier effet de la méditation silencieuse.

    Encore une fois un grand merci à toi et à toute l’équipe du Grand Changement !

  • IsabelleA Il y a 2 années

    Merci Sylvie pour ton ouverture de coeur, le regard que tu poses sur « la douleur » et le fait qu’elle contienne son propre « remède », m’apporte une nouvelle vision précieuse de ces « expériences » qui nous sont données.

    Merci pour cet élan de solidarité,
    Avec tout plein d’amour, Isabelle

  • Sylvie LGC1 Il y a 2 années

    Je te renvoie ton élan d’amour Isabelle <3

  • Martine Il y a 2 années

    Bonjour , merci de ce partage .Il résonne très fort en moi .
    Sylvie tu m’as manqué à Tours .
    Gros calins

Ajouter votre commentaire

Your email address will not be published.